Le Très Haut Débit, un réseau à très haut crédit pour la Région

La Région Auvergne-Rhône-Alpes hérite d’un dossier explosif.

Le voilà bien emberlificotée avec le plan numérique Très Haut Débit ! Laurent Wauquiez hérite du dossier et ne sait pas par quel bout le prendre. Il aurait bien voulu le confier à Juliette Jarry, vice-présidente régionale chargée des "infrastructures de l’économie et des usages numériques", mais elle n’y connaît pas grand chose non plus. Son truc à elle, c’est l’entreprise. Ou alors Sophie Rognon, directrice du développement numérique à la Région, elle sait de quoi elle parle, c’est une ancienne de chez Orange. Mais bizarrement, elle préfère faire répondre par quelqu’un d’autre.



 



De quoi s’agit-il ? Le Plan France Très Haut Débit lancé par François Hollande en février 2013 prévoyait de booster le THD en France en installant des liaisons internet puissantes dans tout le pays. À cette époque Free et SFR étaient déjà capables de proposer des débits jusqu’à 1 Gigabit en réception et jusqu’à 200 Mégabits en émission. Contre 30 Mégabits pour les liaisons actuelles (ADSL). Le secret : la fibre optique bien sûr.



À la clef, il s’agissait d’améliorer les échanges de données, surtout pour les entreprises, de développer les activités à distance, le télétravail, de remailler le territoire en permettant à des initiatives de se développer en zones rurales.



 



À conditions que le réseau soit étendu équitablement. Le plan devait y parvenir d’ici 2022, avec un budget d’investissement de 20 milliards d’euros et des retombées attendues qui font rêver : + 0,75 point de PIB, 100 000 emplois à la clef. Parmi les acteurs, d’un côté les opérateurs du réseau : Orange, SFR, Bouygues et leurs cache-sexes. De l’autre : les communes, regroupements de communes, départements, agglomérations, un peu la région, bref : beaucoup le bazar. Et ce qu’on pouvait attendre s’est produit : le résultat montre un développement de la fibre optique anarchique, des secteurs absolument pas couverts, les opérateurs se ruant sur les zones les plus rentables et délaissant les territoires éloignés, des montages juridiques d’équilibristes et des coûts de mise en place difficilement explicables.



 



En Auvergne par exemple, avant le rattachement, on a opté pour un partenariat public-privé avec Orange. Les problèmes semblent se multiplier : un surcoût que certains estiment à près de 200 millions, un tarif de location du réseau surévalué de 35 à 50 % et un verrouillage qui permettrait à l’opérateur Orange d’empêcher ses concurrents de passer. Or, c’est complètement contraire aux dispositions de l’ARCEP, l’autorité de régulation des communications, les réseaux doivent être ouverts à la concurrence. Si au moins ça marchait. Mais les remontés de terrain montrent qu’on est loin des débits attendus, loin des 1 et même 10 Gigabits promis.



 



 



Plus étrange encore, il semble qu’Orange ne se soit pas contenté d’installer le réseau, c’est aussi lui qui a joué le rôle de banque du projet en avançant l’argent. La Région aurait tout intérêt à fourrer son nez dans le dossier, d’autant qu’il y a des subventions en cours et que les concurrents mécontents pourraient bien attaquer en justice. Mais l’affaire est délicate le président de la Haute Loire Jean- Pierre Marcon et le président du Cantal Vincent Descoeur sont des amis LR. En Savoie on bondit d’étonnement en étonnement. D’abord par le temps qu’il a fallu pour mettre en place la délégation de service public : sept ans. Ensuite par le coût de l’opération. Bien sûr, c’est un territoire montagneux avec de grandes difficultés d’accès et des communes éloignées situées en zone rurale. Exactement comme en Isère. Et bien justement, on ne s’explique pas trop pourquoi le coût d’installation de la prise de raccordement est de 1 477 euros en Savoie contre 800 euros seulement en Isère. Des associations comme Anticor s’interrogent sur les circuits financiers qui ont abouti à cette méganote et sur la légalité de la délégation de service public.



 



L’opérateur en cause est Axione, un cache-sexe de Bouygues. Là encore, on aurait intérêt à examiner de près le dossier. En marchant sur des oeufs. Le président de la Savoie n’est autre qu’Hervé Gaymard, un ami. Raison de plus d’être prudent : Madame Gaymard Claire est administratrice de Bouygues, ce qui ne veut pas dire qu’elle y connaisse quelque chose non plus. La Région est sur le coup. Officiellement elle lance une étude pour mieux comprendre ce qui se passe. Pas "un audit", juste une étude. Ensuite on verra. "Ensuite" ce sera de toutes façons après les élections. Et il faudra bien que ça se fasse.



 



Car dans quelques années le réseau co-axial (les câbles en cuivre) va disparaître. Les nouveaux usages d’internet sont gourmands en débit et les territoires qui ne sont pas raccordés à la fibre vont se retrouver dans le noir. Étienne Blanc, le 1er vice-président de Laurent Wauquiez est alerté sur le caractère explosif du problème, Juliette Jarry aussi. Mais ils n’ont pas encore trouvé le temps de consulter ceux qui auraient pu les aider à y comprendre quelque chose comme REZOPOLE, le gestionnaire de LyonIX, une sorte de "ring" lyonnais qui permet à des opérateurs professionnels de se raccorder au très haut débit dans la Métropole.

Rédigé par dans Politique le 09/05/2017 à 06h24

Retour à la liste d'articles

Antoine Mellies nommé ambassadeur du Front national pour la refondation en Auvergne Rhône-Alpes

Ce mardi, le Front National dévoilait le questionnaire de 80 questions voué à être envoyé aux 81 000 adhérents à jour. Lire la suite...

Laurent Wauquiez débloque 1000 euros pour 1000 jeunes méritants de la Région

Ce lundi matin, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a dévoilé le lancement de nouvelles aides. Cette fois encore, elles seront à destination des jeunes. Lire la suite...

Formation professionnelle : la gauche dépose un recours contre Laurent Wauquiez

Le tribunal administratif de Lyon devra se pencher sur un recours visant Laurent Wauquiez pour "excès de pouvoir". Lire la suite...

Stéphane Bouillon, nouveau préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes, “arrive déterminé mais avec humilité”

Ce mardi, le nouveau préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Stéphane Bouillon, tenait sa première conférence de presse. Le remplaçant de Henri-Michel Comet, récemment évincé, a tenu un discours ferme sur la question de la sécurité. Lire la suite...

La mairie de Grenoble envahie par des manifestants

L’action a été menée ce lundi peu après 14h à la mairie de Grenoble. Lire la suite...

La ministre de la justice Nicole Belloubet en visite ce lundi à Grenoble

La Garde des sceaux et ministre de la justice, Nicole Belloubet, sera présente dans la capitale des Alpes ce lundi. Lire la suite...

Le nouveau préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes en poste la semaine prochaine ?

Stéphane Bouillon a été nommé préfet du Rhône et de la région Auvergne-Rhône-Alpes mercredi dernier en conseil des ministres. Lire la suite...

Le secrétaire national du Parti Communiste à Grenoble pour soutenir les salariés de General Electric

Ce mardi, les salariés menacés du site grenoblois de General Electric vont recevoir le soutien de Pierre Laurent. Lire la suite...

Jean-Luc Mélenchon à Grenoble pour soutenir les salariés de General Electric

Ce mercredi, les salariés menacés de General Electric Hydro/Alstom ont pu compter sur la visite d’un nouvel homme politique sur le site grenoblois. Lire la suite...

Le préfet de la Région PACA pour remplacer celui d'Auvergne-Rhône-Alpes

Comme attendu, le Conseil des ministres a officiellement nommé Stéphane Bouillon préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes. Lire la suite...

Retour à la liste d'articles
Pour retrouver une information Grenobloise, utilisez la recherche ci-dessous :
0 Articles aujourd'hui
18244 Articles
Lundi 20 Novembre 2017

Liens commerciaux : Jazz | Allzic, radio gratuite | Rhone Alpes TV
Éditions locales : Annecy | Grenoble | Lyon